Menu

Leaders de demain 2017


La Fondation ARC met en œuvre l’appel à projets « Leaders de demain en oncologie » dont l’objectif est d’attirer des nouveaux talents scientifiques en France afin qu’ils installent leurs équipes de recherche et qu’ils développent les projets les plus innovants dans le domaine de la cancérologie.

En Savoir Plus

Médecins, Pharmaciens : destination recherche en oncologie

AAP Mobilité

Soutien aux Manifestations Scientifiques


La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer souhaite renforcer ses actions d’information et favoriser la diffusion des savoirs au sein de la communauté scientifique et médicale afin de leur permettre de se tenir informées sur les avancées de la recherche en cancérologie. Dans ce cadre, elle soutient des manifestations scientifiques dédiées à la recherche en cancérologie.

Manifestations comprises entre le 1er aout et le 31 décembre 2017 - Date limite de dépôt 31 mai 2017

En Savoir Plus

PRIX ALEXANDRE JOËL - CATÉGORIE MASTER 2

Le prix Alexandre Joël catégorie Master 2, d'un montant de 1000€, récompense un jeune médecin ou pharmacien pour les travaux qu'il a réalisés pendant une année de Master 2 recherche. 

Sophie BROUSSY

Sophie BROUSSY - Institut Bergonié de Bordeaux et Inserm U897, Axe cancer(responsable scientifique : Simone Mathoulin Pelissier)

Ses travaux portent sur l'impact de facteurs socio-économiques et de facteurs cliniques sur la qualité de la prise en charge thérapeutique de femmes atteintes d'un cancer du sein. Sophie Broussy est interne en médecine, spécialisée en santé publique et médecine sociale. Au cours de cette étude, aucune association n'a pu être mise en évidence entre la qualité de la prise en charge et certains facteurs socio-économiques (tels que le niveau d'instruction des patientes ou certains indicateurs de défavorisation). En revanche, l'âge des patientes ou certains facteurs cliniques (tels que des stades avancés du cancer du sein) ont été identifiés comme ayant un impact sur la prise en charge thérapeutique des patientes. L'étude se poursuit pour connaître le devenir des patientes. → Voir son poster

PRIX ALEXANDRE JOËL - CATÉGORIE THÈSE

Créé en 1996, le Prix Alexandre Joël s'adresse aux jeunes chercheurs financés par la Fondation pendant leur 3ème ou 4ème années de thèse. Il est décerné à un jeune chercheur ayant présenté un exposé oral et deux jeunes chercheurs qui ont présenté un poster scientifique. Chacun des trois lauréats a été récompensé d’un montant de 3 500€.

Raphael CECCALDI

Pour son exposé oral - Raphaël CECCALDI - Hôpital Saint Louis à Paris(responsable scientifique : Jean soulier)

Après un internat de pharmacie, Raphaël vient de terminer une thèse qui portait sur les désordres génétiques induisant la maladie de Fanconi (FA) et prédisposant les personnes atteintes de cette maladie à des myélodysplasies et des leucémies myéloïdes aigues. Les cellules des patients FA sont sujettes à des cassures chromosomiques, à des arrêts massifs en G2 et à un excès de mort cellulaire. Les travaux de Raphaël ont mis en évidence que ces cellules mettent en place un mécanisme de protection contre la mort cellulaire par le biais d’une atténuation des points de contrôle du cycle cellulaire. Cependant, ce mécanisme de protection prédispose aussi les patients à l'apparition de cancers. Cette découverte ouvre des voies qui permettront de prévenir les cancers chez les patients atteints de la maladie de Fanconi.   → Voir son diaporama

Aurele PIAZZA

Pour son poster scientifique - Aurèle PIAZZA - Institut Curie à Paris (responsable scientifique : Alain Nicolas)

Durant sa thèse, Aurèle a étudié les G-quadruplexes, des structures à 4 brins formées spontanément par certains acides nucléiques riches en guanines dans des conditions physiologiques in vitro. Il a tout d’abord démontré que ces structures se formaient aussi in vivo. En utilisant comme organisme modèle S. cerevisiae, il a aussi montré que ces G-quadruplexes doivent être déroulées lors de la duplication de l'ADN pour éviter des perturbations au niveau des chromosomes. Le système expérimental qu'il a développé devrait également permettre de sélectionner des petites molécules capables de cibler spécifiquement ces structures particulières de l'ADN. En développement à l'Institut Curie, ces petites molécules pourraient constituer des nouveaux agents de chimiothérapie.

Caroline STEFANI

Pour son poster scientifique - Caroline STEFANI - Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire à Nice (responsable scientifique : Emmanuel Lemichez )

Caroline effectue sa thèse dans un laboratoire dont la thématique de recherche porte sur les effets des toxines bactériennes dans le corps. Un des effets de ces toxines est de rendre les vaisseaux sanguins perméables en altérant le cytosquelette des cellules endothéliales. Ces toxines modifient le cytosquelette en ciblant les voies des MAPK, des GTPases de la famille Rho ou du cyclic-AMP. Ces mêmes voies sont souvent altérées lors du développement des cancers notamment lors de la propagation de la tumeur dans le corps. Ce travail original ouvre des perspectives pour la prévention des métastases.

 

PRIX HÉLÈNE STARCK- CATÉGORIE POST-DOCTORAT

Depuis 1999, le prix Hélène Starck récompense les travaux de 3 jeunes chercheurs financés par la Fondation ARC pendant leur post-doctorat. En 2012, un des prix a été décerné à un jeune chercheur ayant présenté un exposé oral et deux prix à des jeunes chercheurs qui ont présenté un poster scientifique. Chaque lauréat a reçu 5000€.

Emilie NARNI MANCINELLI

Pour son exposé oral - Emilie NARNI-MANCINELLI - Centre d'Immunologie de Marseille Luminy (responsable scientifique : Eric Vivier)

Emilie a été financée, à l'issue de sa thèse, pour un post-doctorat de 3 ans. Son projet porte sur la régulation de la réactivité des cellules Natural Killers (NK). Ces cellules sont capables d’éliminer les cellules de l'organisme ayant subi un stress tumoral ou infectieux. Grâce à la production de souris mutantes présentant des défauts d’activation des cellules NK, ses travaux ont permis d'identifier une mutation dans le gène codant pour le récepteur NKp46 qui a pour effet de rendre les cellules Natural Killers plus agressives contre les cellules cancéreuses. En effet, le niveau d’expression de NKp46 permet de calibrer le seuil de réactivité des cellules NK. Ces résultats ouvrent la voie pour la conception de nouveaux traitements anti-tumoraux notamment chez les patients présentant des déficiences en lymphocytes T, tels que ceux qui subissent une greffe de moelle ou une chimiothérapie anticancéreuse. → voir son diaporama

Nicolas PHILIPPE

Pour son poster scientifique - Nicolas PHILIPPE - Institut de Recheche en Biothérapie à Montpellier (responsable scientifique : Thérèse Commes)

L’objectif du projet de post-doctorat de Nicolas est de développer des approches de bioinformatique capable d’identifier des ARNs chimères à partir de données de séquençage à haut débit. Il conçoit ces méthodes en utilisant des transcrits de cellules leucémiques. L’identification, la caractérisation et la classification des ces ARNs devrait permettre de détecter des biomarqueurs qui contribueront à améliorer le pronostic et le diagnostic des patients atteints de leucémie myéloïde. L’une des perspectives de ce travail est de constituer une chimèrothèque qui permettra d’étendre cette approche de médecine personnalisée à d'autres formes de cancer.
→ Voir son poster

Olivier ROSSIER

Pour son poster scientifique - Olivier ROSSIER - Institut Interdisciplinaire de Neurosciences de Bordeaux (responsable scientifique : Grégory Giannone)

Physico-chimiste de formation, Olivier a utilisé des techniques d'imagerie pour visualiser à l'échelle nanométrique le comportement dynamiques des intégrines, protéines essentielles responsables des interactions physiques des cellules avec leur milieu environnant. L'objectif était de comprendre comment la rigidité des tumeurs et les interactions mécaniques avec l’environnement influent sur le comportement des cellules cancéreuses. Comprendre ces mécanismes moléculaires pourra possiblement résulter en une nouvelle classe de médicaments anti-cancéreux dont le but sera d'empêcher la transmission des signaux mécaniques propices au développement des tumeurs. 
→ Voir l'interview d'Olivier Rossier

PRIX KERNER DE VULGARISATION SCIENTIFIQUE

Créé en 2002 le Prix Kerner est un prix de vulgarisation scientifique. Trois jeunes chercheurs sont récompensés pour la présentation de leur projet de recherche sous forme d'un article de presse grand public. Les prix sont de 1 000 € pour le 1er prix, 800 € pour le 2ème et 600 € pour le 3ème.

Julie DUFOUR

1er Prix ex-aequo - Julie DUFOUR - Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand - « Privée de cholestérol, la tumeur de la prostate fera moins la maligne»  (responsable scientifique : Silvère Baron)  

Son article de vulgarisation porte sur le lien entre le cholestérol et le cancer de la prostate. Les travaux de Julie montrent qu'une quantité de cholestérol trop importante dans l'organisme contribuerait au développement de tumeurs de la prostate. Cet excès de cholestérol participerait aussi à l'apparition de métastases. Ses travaux soulèvent la nécessité de mener des recherches sur l'état des régulateurs du cholestérol chez les patients et ouvrent la voie à de nouvelles stratégies anti-cancéreuses. → Lire son article 

 

Clemence RICHETTA

1er Prix ex-aequo - Clémence RICHETTA - Inserm U851 - Immunité, Infection et vaccination (I2V) à Lyon - « Pour comprendre le Yin et le Yang de l'authophagie : Identification des protéines régulatrices de l'autophagie » (responsable scientifique : Mathias Faure)

Son article de vulgarisation traite de l'autophagie, un processus par lequel les cellules recyclent leurs constituants. L'autophagie permet également aux cellules saines de détruire leurs composants abîmés, participant ainsi à leur protection contre la transformation en cellules cancéreuses. Mais lorsqu'il est dérégulé, ce mécanisme peut au contraire contribuer à la survie et la prolifération des cellules cancéreuses par l'énergie qu'il leur apporte. Ainsi l'autophagie peut jouer un double jeu dans les cancers. Les résultats de ses travaux pourraient à long terme contribuer à l'élaboration de nouvelles stratégies anticancéreuses ciblées sur ce mécanisme. → Lire son article

Coralie POULARD

3ème Prix - Coralie POULARD – Centre Léon Berard, Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon - « Des points rouges qui font la différence » (responsable scientifique : Muriel Le Romancer)

Son article de vulgarisation concerne les récepteurs aux œstrogènes, dont la détection est déterminante pour le choix du traitement des cancers du sein par hormonothérapie. Avec son équipe, Coralie a mis au point une technique pour visualiser dans les cellules, le regroupement de protéines suite à la fixation des œstrogènes sur leur récepteur, qui provoque la prolifération des cellules cancéreuses. A terme, cette technique devrait permettre d'orienter les patientes potentiellement résistantes à l'hormonothérapie vers des traitements plus efficaces.→ Lire son article

 

Crédit photos: J-M. Deguine