Menu

Dans le thymus, le précurseur lymphocytaire T subit une série de sélections basée sur la reconnaissance des antigènes du « soi » par le TCR. Elle vise à assurer que le TCR reconnaîtra les molécules du CMH avec une affinité suffisante (pour assurer sa fonctionnalité) mais pas trop élevée (pour éviter les phénomènes d’auto-immunité). Les lymphocytes T obtenus suite à ce processus de sélection présentent des co-récepteurs dénommés simple-positifs CD4+ ou CD8+.

Ces derniers sont capables de se rapprocher suite à la liaison TCR-CMH-peptide antigénique, et de s’associer à une tyrosine kinase, Lck.  En effet, la transduction intracellulaire du signal est assurée par l’association du TCR avec le complexe CD3, un module possédant 6 chaînes peptidiques. Les portions intracytoplasmiques de ces chaînes contiennent 10 motifs de type ITAM (Immuno-receptor Tyrosine Activation Motif) dont les résidus tyrosine représentent les sièges de phosphorylation par Lck. Ceci engendre le recrutement et la phosphorylation de la tyrosine kinase ZAP-70 qui, à son tour, active LAT (Linker for Activation of T cells). D’autres protéines importantes sont ensuite activées jusqu’à la production finale de cytokines qui permettent la croissance et l’expansion des lymphocytes T (Figure 3).

Figure 3 : transduction intracellulaire du signal induit par le TCR