Menu

Focus Jeunes Chercheurs

Le cancer de la prostate représente, chez l’homme, la deuxième cause de mortalité par cancer. Le diagnostic est effectué entre autres à l’aide d’un test sanguin visant à déterminer la concentration de PSA (Prostate Specific Antigen) ; mais d’autres marqueurs moléculaires sont étudiés à des fins pronostiques. C’est le cas par exemple de la β-tubuline de classe III.

La β-tubuline est l’une des deux sous-unités de la tubuline qui se polymérise pour former les microtubules, constituants essentiels du cytosquelette, impliqués entre autres dans la division cellulaire. La β-tubuline se présente elle-même sous forme de différents isoformes (dont celui de classe III), arborant entre autres des variations de séquence d’acides aminés et une expression tissulaire différentielle. Il a été démontré, dans certains types de cancers, que le niveau d’expression de la β-tubuline de classe III est corrélé à la progression tumorale et directement impliqué dans la résistance des patients aux chimiothérapies à base d’agents anti-tubulines comme les taxanes (dont le taxotère).

En 2009, ses travaux sur ce biomarqueur ont valu à Guillaume Ploussard de recevoir le Prix Alexandre Joël pour son master 2 : « Je suivais la β tubuline de classe III qui a dans le cancer du sein et de l’ovaire un lien avec la chimio sensibilité, mais n’avait pas été étudiée dans le cancer de la prostate. Nous avons utilisé le traitement de référence, le taxotère, et obtenu des résultats positifs, à savoir une valeur pronostique de l’expression de la molécule au diagnostic [1]. Et surtout, les patients qui présentaient une expression augmentée de la protéine répondaient moins bien au traitement par chimiothérapie» [2]. Ces recherches sont cruciales puisqu’elles permettent d’utiliser la β-tubuline de classe III comme marqueur prédictif d’évolution tumorale et de résistance aux traitements.

Pour Guillaume Ploussard, « l’obtention du Prix est importante. La Fondation ARC est reconnue, le Prix nous permet de mieux

Lire la suite...

Richard Tomasini a été lauréat en 2008 du Prix Hélène Starck pour ses travaux sur le rôle de p73 (un suppresseur de tumeur de la famille des facteurs de transcription p53) dans l’inflammation et la tumorigénèse pancréatique. Il est alors en post-doctorat sous la direction de Juan Iovanna dans l’Unité INSERM U624 "Stress Cellulaire" au CRCM (Centre de Recherche en cancérologie de Marseille). Depuis, il y a obtenu en 2009 un poste de chargé de recherche à l'INSERM et a créé en 2011 le groupe « Microenvironnement et Tumorigénèse Pancréatique ».

Richard revient sur son parcours : « Ma thèse a permis la découverte d’un gène important pour l’inflammation pancréatique et le cancer du pancréas, Tp53INP1 [1,2]. Nous avons relié ce gène à la famille de p53, en montrant sa connexion à p53 et TAp73 [3]. Puis pendant mon post-doctorat dans le laboratoire du Dr Tak Mak* (2004-2007), j’ai développé différents modèles de souris et montré que p73 relie l’inflammation et la tumorigénèse [4,5,6]. De retour,  j’ai initié mon projet actuel, qui connecte inflammation, microenvironnement et cancer du pancréas. »

Ce projet permet à Richard d’obtenir le Prix Hélène Starck : «Ce Prix est l’équivalent d’une grosse publication et a eu un fort impact pour le développement de mon projet. Les Journées Jeunes Chercheurs représentent un évènement particulier, nous sommes en contact avec les donateurs dont certains sont d’anciens patients. C’est essentiel, ça nous rappelle à la réalité clinique et à l’intérêt de nos recherches.»

Le jeune chercheur s’oriente en particulier vers le microenvironnement pancréatique : « La plupart des traitements vise à cibler les cellules tumorales uniquement. Mais le cancer du pancréas est constitué en majorité de cellules du microenvironnement (fibroblastes, cellules immunitaires, nerveuses …). Et contrairement aux tumeurs solides fortement vascularisées, il contient peu de vaisseaux sanguins, ce qui limite l’accès des molécules thérapeutiques aux cellules

Lire la suite...

Eva Galan studies, with immunofluorescence and confocal microscopy, the expression of stem cell markers within neurospheres.

Glioblastoma multiforme may derive from a reservoir of glioblastoma stem-like cells (GSCs) that play a critical role in tumor resistance to treatments. At Institut Cochin, an ARC-funded post-doctorate, Eva Maria Galan Moya, is looking for new therapeutic targets by decrypting the endothelial factors contributing to the preservation of GSCs.

Lire la suite...


Les cellules dendritiques ont une fonction clé dans la réponse immunitaire. Elodie Segura vient d’obtenir, après deux ans de financement par la Fondation ARC, un poste de chargée de recherche INSERM à l’Institut Curie. Ses travaux visent à caractériser les sous-populations de cellules dendritiques chez l’homme et pourraient largement être utilisés en immunothérapie.

Lire la suite...

Depuis 1996, la Fondation ARC attribue DIFFÉRENTS PRIX AUX JEUNES CHERCHEURS qu'elle soutient. Ces Prix ont un impact sur la carrière de ces jeunes chercheurs. Deux anciens lauréats reviennent sur leur parcours et leurs travaux actuels: 

Richard Tomasini (à gauche), lauréat du Prix Hélène Starck  en 2008, étudie le microenvironnement du cancer pancréatique.

 Lire la suite

Guillaume Ploussard (à droite), lauréat du Prix Alexandre Joël Master 2 en 2009, travaille à la caractérisation d'un biomarqueur du cancer de la prostate.

Lire la Suite

Lire la suite...

Au cours de son post-doctorat à l'Institut Européen de Chimie et Biologie de Pessac, Thomas Daubon s'est intéressé à la formation des podosomes dans les cellules endothéliales. Ces structures d'actine confèrent à ces cellules la capacité de franchir les barrières anatomiques et jouent de ce fait un rôle primordial dans l'angiogenèse

Lire la suite...

…pour ses travaux de recherches post-doctorales sur les cellules Natural Killer (NK). En montrant que la mutation d’un récepteur activateur présent sur les cellules NK augmente leur hyperréactivité face à des cellules tumorales, ces résultats ouvrent la voie à de nouvelles perspectives thérapeutiques.

Lire la suite...