Menu

financements en partenariat

Le tabac demeure le principal facteur de risque évitable de cancer en France. La dernière estimation du nombre de décès par cancer attribuables au tabac en France est d’environ 44 000, sans prendre en considération les cancers liés au tabagisme passif. Le tabac, en plus d’être responsable de 80 % des décès par cancer du poumon, est également associé à un risque accru d'au moins 17 localisations de cancer (notamment de la vessie, du pancréas, des voies urinaires et du rein, de l'estomac, du col de l'utérus, etc).

En 2015, la Fondation ARC se joint à l’INCa dans la mise en œuvre d’un programme partenarial multidisciplinaire axé sur le tabac et les cancers liés au tabac. L’objectif de ce programme est de développer et de mettre en place une stratégie intégrée pour soutenir la recherche et les actions concernant le tabac et les cancers qui y sont liés et de permettre aux décideurs et aux médecins d’accélérer la mise en pratique des résultats de cette recherche dans l’élaboration de stratégies de lutte plus efficaces.

Cet appel à projets concerne l’ensemble des cancers liés au tabac et aux constituants de la fumée provenant de sa combustion et couvre un large éventail de disciplines, allant de la science fondamentale et clinique à la santé publique, en passant par les technologies de l'information et de la communication, les sciences économiques et politiques, la sociologie, le droit, l'épidémiologie, etc. Les projets associeront au minimum deux équipes relevant d’unités de recherche et de thématiques complémentaires et/ou d’organismes différents. Les projets pluridisciplinaires attendus dans le cadre de cet appel à projets devront s’inscrire dans l’un des 5 axes suivants :
-    Axe 1 : Déterminants et trajectoires du tabagisme
-    Axe 2 : Comportements du consommateur et des parties prenantes
-    Axe 3 : Systèmes électroniques de délivrance de nicotine (cigarettes électroniques)
-    Axe 4 : Sevrage tabagique des patients atteints de cancer
-    Axe 5 : Dépistage des cancers attribuables au tabac et recherche innovante concernant de nouvelles modalités de dépistage.

Calendrier de l’appel à projets :

Lancement de l’appel à projets : 29 mai 2015
Retour des dossiers complets : 15 septembre 2015, minuit
Réunion du comité d’évaluation : Janvier 2016
Date prévisionnelle de publication des résultats : Mars 2016

--> Télécharger la notice de l’appel à projets
--> Accéder au site de soumission en ligne
 

Affiche AAP Prevention tertiaire smallLa Fondation ARC, l’Institut national du cancer et l’Institut de Recherche en Santé Publique ont uni leurs efforts pour mettre en œuvre une des actions du Plan Cancer 2014-2019 : « Favoriser l’observation et la recherche dédiée à la prévention des risques de second cancer ». Après un colloque scientifique international dédié à cette action, la Fondation ARC et l’INCa, avec le soutien de l’IReSP, poursuivent leur implication dans la recherche en prévention des cancers par le présent appel à projets :  La prévention tertiaire en cancérologie : Développer une démarche de prévention auprès des patients atteints de cancer.

Cet appel à projets a pour objectif de soutenir des recherches innovantes portant sur la prévention des facteurs de risques comportementaux (tabac, alcool, sédentarité, surpoids) chez les patients atteints de cancer afin de générer de nouvelles connaissances concernant ces facteurs de risques (prévalence, déterminants, effets sur la santé des patients, etc.) et/ou de mettre en œuvre des interventions permettant de réduire l’exposition à ces facteurs.
Les projets attendus devront s’inscrire au minimum dans l’un des 3 axes suivants :
  • Axe 1 : Etat de santé des personnes ayant eu un cancer et bénéfices à attendre de démarches de prévention tertiaire ;
  • Axe 2 : Freins et leviers au changement de comportements chez les patients atteints de cancer ;
  • Axe 3 : Quelles modalités d’intervention pour modifier le comportement des patients et comment maintenir ces effets dans le temps ?

Calendrier de l’appel à projets :

Lancement de l’appel à projets : 7 juillet 2016
Retour des dossiers complets : 22 septembre 2016, midi Prolongation : 25 septembre, minuit
Expertise des projets par un comité ad hoc international : Novembre 2016
Notification des résultats : Décembre 2016

Déposer un dossier de candidature
Télécharger la notice de l’appel à projets
Download instructions
Télécharger l’affiche de l’appel à projets

Pour plus d’informations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Etats-membres de l'Union Européenne ont souhaité déployer un effort commun pour promouvoir et soutenir la recherche translationnelle en cancérologie. Sous l'impulsion de cinq pays et institutions, un réseau ERA-NET appelé TRANSCAN a ainsi été retenu dans le cadre d'un appel à projets du 7ème Programme cadre de recherche et développement. Il a pour objectif d'aboutir à une coordination des programmes nationaux de soutien à la recherche translationnelle en cancérologie, notamment en lançant des appels à projets de recherche conjoints.

Ce programme rejoint la stratégie scientifique de la Fondation ARC dont l’un des objectifs est d’accélérer le transfert des découvertes vers le patient. En effet, la Fondation ARC soutient de nombreux projets de recherche translationnelle en cancérologie qui visent à renforcer les passerelles entre recherche fondamentale et recherche clinique. Dans le but de mutualiser les efforts de recherche dans ce domaine, la Fondation ARC a développé un partenariat international avec le réseau TRANSCAN.

ERA-NET TRANSCAN est désormais un programme européen de recherche translationnelle qui rassemble 28 partenaires issus de 19 pays. La France y est représentée par la Fondation ARC (seul partenaire caritatif français) et l’INCa.

La Fondation ARC s’est associée au réseau TRANSCAN dès l’année 2011 :

Les Programmes d'actions intégrées de recherche (PAIR) s'adressent à des problématiques transversales : épidémiologie, prévention, diagnostic précoce, prise en charge des patients et sciences humaines et sociales, ainsi que les questions de recherche clinique, cognitive et translationnelle liées à une pathologie.
Ces programmes doivent ainsi permettre d'accroître, à travers la conception des projets, la fédération d'équipes de recherche françaises ayant un regard original sur les questions posées à l'interface de la biologie, de la clinique, de l'épidémiologie, des sciences humaines et sociales, de l'économie et de la santé publique. Cette interactivité entre les disciplines, dans une logique intégrée, doit permettre aux patients de bénéficier plus rapidement des avancées de la recherche.

Depuis 2007, l’Institut national du cancer (INCa) met en œuvre un Programme d’Actions Intégrées de Recherche (PAIR) consacré chaque année à un type de cancers. La Fondation ARC est partenaire de l'INCa pour la mise en œuvre de ces programmes depuis 2009.

En 2017, le PAIR est dédié à la cancérologie pédiatrique.

2009 - PAIR CHC
2010 - PAIR Prostate
2011 - PAIR VADS
2012 - PAIR Gynécologie
2013 - PAIR Mélanome
2014 - PAIR Formes précoces du cancer du sein
2017 - PAIR Pédiatrie
2018 - PAIR Pancréas

Dans le cadre de ses orientations stratégiques, la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer lance un grand programme de soutien à la recherche en prévention.
En 2013, la Fondation ARC, l’INCa, l'IReSP et l'ensemble de ses partenaires (DGS, INPES, CNAMTS, RSI et CNSA), l'ANRS, et la MILDT joignent leurs efforts pour soutenir et promouvoir la recherche en prévention en lançant un appel à projets (AAP) sur la prévention primaire, et notamment sur les déterminants et les possibilités de modification des comportements individuels et collectifs.
Bien que cet AAP soit tourné vers l’ensemble des pathologies ou facteurs de risque, la Fondation ARC et l’INCa ont dédié leur soutien aux projets de lutte contre le cancer.

L’objectif de cet AAP est double :

  • développer une recherche « fondamentale » (en épidémiologie, biostatistique, sciences humaines économiques et sociales…) qui permette de mieux mesurer, comprendre et expliquer,
  • développer une recherche interventionnelle et de terrain en santé des populations, pour agir.
Les projets devront porter sur la prévention primaire et notamment :

  • sur les facteurs de risque comportementaux individuels et collectifs,
  • sur leurs déterminants notamment sociaux,
  • sur les incitatifs ou déclencheurs des changements des comportements.
Une attention particulière sera portée sur l'évaluation d'interventions visant à agir sur ces facteurs dans le domaine de la prévention.

Les projets associant directement des acteurs de terrain (dont : interventions en population, évaluation de programmes d'action, études de transférabilité d’interventions entre pathologies ou entre pays, etc.) seront particulièrement bienvenus.

⇒ Liste des projets financés par la Fondation ARC

Le 27 septembre 2013, une journée d’accompagnement de cet AAP est organisée à Paris dont les objectifs sont multiples :

  • échanges sur les thèmes et méthodes de recherche sur la prévention primaire
  • maturation de projets associant des programmes de terrain et équipe(s) de recherche
  • constitution éventuelle de consortiums de recherche aux profils complémentaires
Cette journée s’adresse :

  • aux responsables de programme de prévention primaire qui souhaiteraient déposer un projet et se rapprocher à cette fin d’équipes de recherche ;
  • aux équipes de recherche intéressées par le développement d’un projet, en collaboration (ou non) avec des équipes de terrain;
  • aux responsables d’associations de malades ou de regroupements de professionnels de santé intéressés par le développement de partenariats de recherche dans ce domaine.
⇒ Télécharger les diapositives de la journée
Dans le cadre de sa stratégie scientifique, la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer participe activement au développement des recherches sur le lien entre cancer et travail. Outre la mise en place mise en place d’un réseau de rechercheARECA , ou lancement d’appels à projets thématiques , la Fondation ARC s’est également associé à l’Institut National du Cancer afin de soutenir les recherches les plus innovantes sur ces questions, lançant deux appels à projets communs : le premier en 2006 «Situations de travail et trajectoires professionnelles des actifs atteints de cancer », et le second en 2007 « De l’exposition à la reconnaissance des cancers professionnels». Douze projets de recherche ont ainsi pu être financés.

Pour l’année 2012, la Fondation ARC et l’Institut National du Cancer unissent à nouveau leurs efforts en mettant en œuvre un appel à projets commun pour soutenir les recherches les plus ambitieuses et innovantes en sciences humaines et sociales, épidémiologie et santé publique sur le thème  « Cancer : Maintien dans l’emploi et retour au travail ».

2012 - CANCER: MAINTIEN DANS L'EMPLOI ET RETOUR AU TRAVAIL

La Fondation ARC et l’INCa souhaitent, à travers cet appel à projets, approfondir les connaissances disponibles sur l’amélioration du maintien dans l’emploi et de la réintégration professionnelle des personnes atteintes de cancer. Il s’agit d’affiner le constat de l’impact de la survenue du cancer sur la vie professionnelle des personnes actives, au cours des traitements comme après la maladie, en étant attentif à la diversité des situations et des statuts (de travail et de santé) possibles.

→ Voir la notice de l'appel à projets

⇒ Voir l'appel à projets «Cancers professionnels: expositions, risques et reconnaissance»

2007 - DE L'EXPOSITION À LA RECONNAISSANCE DES CANCERS PROFESSIONNELS

La part attribuable aux facteurs professionnels, c’est-à-dire aux agents cancérigènes présents sur le lieu de travail, dans l’étiologie des cancers est importante dans les pays industrialisés : selon les estimations, elle serait de l’ordre de 5% de tous les décès par cancer. Des questions de recherche concernant les cancers d’origine professionnelle se posent dans de  nombreux  domaines,  depuis  la  connaissance  de  l’exposition  à  des  cancérogènes professionnels  jusqu’à  la  reconnaissance  sociale  de  ces  maladies. Le  premier Plan  Cancer,  à  travers  sa  mesure  n°13,  appelait  au  renforcement  de  la  lutte  contre  les cancers d’origine professionnelle et à la mise en place d'actions spécifiques.  

Dans ce contexte, la Fondation ARC et l’Institut National du Cancer ont lancé en 2007 un appel à projet intitulé « De l’exposition à la reconnaissance des cancers professionnels ». Il s’inscrivait dans la dynamique de travail lancée par le pôle ARECA "Épidémiologie des cancers professionnels" de la Fondation ARC et en concertation avec la FNATH Association des accidentés de la vie. Cet appel à projets visait à soutenir les équipes de recherche engagées ou souhaitant l’être, autour des liens entre expositions professionnelles et cancers.  Une  des  attentes  de  cette  démarche  volontariste  était  d’élargir  les  approches  par  discipline (épidémiologie, médecine du travail, santé publique, histoire, sociologie, économie, sciences politiques, droit, anthropologie, psychologie, géographie …) et de promouvoir des approches pluridisciplinaires, répondant à la complexité du problème, à ses nombreux déterminants et à la variété des acteurs qu’il met en jeu.

L’appel à projets comportait 5 axes de recherche :

  • Connaissances des risques attachés à des expositions
  • Dans quelle mesure le travail exposé aux cancérogènes contribue-t-il aux inégalités sociales face au cancer dans la population ?
  • Prévention et prise en charge des cancers professionnels : obstacles et leviers
  • La prise en compte des conditions individuelles et la singularité des parcours de reconnaissance des cancers professionnels : nature des différentiels individuels
  • Les modalités de gestion publique du risque cancérogène en milieu professionnel  
Sur  les  22  projets  qui  ont  été  soumis  par  les  équipes  candidates,  7  projets  ont  été retenus au terme de l’évaluation scientifique, pour un financement total de 1 006 872 € sur deux ans, assuré à 50 % par la Fondation ARC et à 50 % par l’INCa. 
→ Voir la liste des projets financés  

A l’issue du financement de ces projets et dans le cadre de leur évaluation, la Fondation ARC et l’INCa ont conjointement organisé en décembre 2010 un colloque sur la thématique « Cancer et Travail ». 
→ Colloque « Cancer et Travail »

2006 - SITUATIONS DE TRAVAIL ET TRAJECTOIRES PROFESSIONNELLES DES ACTIFS ATTEINTS DE CANCER

Près d’une personne sur  deux atteintes d’un cancer ayant moins de 65 ans, la question du maintien dans l’emploi ou du  retour  à  la  vie  active  est  devenue  fréquente.  Pour  autant,  les  chances  d’exercer une activité professionnelle deux ans après le cancer continuent d’être très altérées.

Afin d’explorer les  répercussions  de  la  maladie  et  de  ses traitements  sur  les  situations  d’emploi  et  de  travail  des  personnes  atteintes  de cancer, l’ARC et l’Institut National du Cancer ont mis en place en 2006 un appel à projets intitulé «Situations de travail et trajectoires professionnelles des actifs atteints de cancer ». Son objectif était de produire des connaissances sur l'activité professionnelle des personnes atteintes de cancer et en âge d'être actives qui pourraient déboucher sur des propositions améliorant la situation des malades ou faire connaître des expériences positives de réinsertion professionnelle des malades. Quatre axes de recherche ont été mis en avant dans cet appel à projets :

  • La prise en compte du travail dans l’espace de soin
  • La maladie dans l’espace professionnel : les trajectoires sociales et professionnelles des personnes malades du cancer
  • Cancer-travail et inégalités sociales
  • Les impacts potentiels de l'évolution en cours de la législation 
A l’issue de cet appel à projets,  5 projets de recherche ont été sélectionné pour un financement global de 378 000€ sur 2 ans.
→ Voir la liste des projets financés  

A l’issue du financement de ces projets et dans le cadre de leur évaluation, l’ARC et l’INCa ont conjointement organisé en décembre 2010 un colloque sur la thématique « Cancer et Travail ». 
→ Colloque « Cancer et Travail »
La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer soutient également la recherche au travers de partenariats avec d’autres organismes impliqués dans le financement de la recherche. Par la mutualisation des moyens, des approches et des compétences, ces collaborations visent à favoriser de nouvelles découvertes et à en faire bénéficier les patients au plus vite.

Ainsi, depuis 2006, la Fondation ARC s’est associée à l’Institut National du Cancer (INCa) pour mettre en place des programmes de financements d’envergure en adéquation avec sa politique scientifique. Ces programmes ont pour vocation :  

  • d’approfondir les connaissances sur l’étiologie des cancers → Biologie des cancers

  • de développer des recherches sur les liens entre Cancer et Travail

  • de fédérer des équipes de recherche pour une approche transversales des questions posées dans le cadre d’une pathologie cancéreuse → PAIR

  • de permettre à des centres français de mener des essais cliniques précoces sur des molécules thérapeutiques innovantes → CLIP2 et Essais cliniques

  • de renforcer la recherche translationnelle en cancérologie → TRANSCAN : ERA-NET on Translational Cancer Research

  • de soutenir et promouvoir la recherche en santé publique dans le domaine de la prévention → Prévention Primaire

  • de soutenir la recherche et les actions multidisciplinaires sur le tabac et les cancers qui y sont liés → Priorité Cancers Tabac
Par ailleurs, tous les ans, la Fondation ARC est partenaire de l’Inserm et du CNRS pour soutenir des jeunes scientifiques talentueux à créer leur propre équipe dans le cadre des programmes ATIP-AVENIR.

La Fondation ARC est aussi partenaire de l’Inserm pour permettre à des personnes ayant un cursus médical de bénéficier d’une formation à la recherche (Postes d’accueil Inserm).

Chaque année, près de 2 500 nouveaux cas de cancers sont recensés chez les enfants et adolescents et, avec plus de 500 morts par an en France, le cancer reste la première cause de décès par maladie chez l’enfant et l’adolescent.

Un taux global de survie à 5 ans de 80 % est obtenu chez les enfants atteints de cancer, au prix toutefois de nombreuses séquelles et effets secondaires. Aussi, s’il est indispensable de guérir plus et mieux ces cancers notamment en mettant en place de nouvelles approches thérapeutiques, l’amélioration des approches actuelles (chimiothérapie, chirurgie, radiothérapie, thérapies cellulaires, …) demeure un objectif majeur. Envisager l’après cancer notamment en terme de fertilité et de suivi longitudinal à très long terme est également essentiel pour mieux appréhender l’avenir des enfants atteints de cancer.

La Fondation ARC se joint donc à l’INCa dans la mise en œuvre du PAIR 2017 consacré à la cancérologie pédiatrique. L’objectif de ce PAIR est de soutenir l’ensemble des dimensions et questions de recherche concernant les cancers pédiatriques et d’accélérer le transfert des connaissances vers la pratique clinique au bénéfice des patients.

Les projets devront associer au minimum 2 équipes, issues de disciplines différentes et préférentiellement d’organismes différents. Il est fortement recommandé de constituer dans le cadre de cet appel à projets des partenariats pluridisciplinaires avec une maîtrise partagée de programmes entre disciplines. L’association d’équipes de recherche fondamentale ou de SHS, épidémiologie, économie de la santé, santé publique et de recherche clinique sera ainsi examinée avec une attention particulière.

Les projets pourront porter sur l’ensemble des tumeurs pédiatriques, solides ou liquides, couvertes par les trois axes suivants :
• Prédisposition et susceptibilité aux cancers chez l’enfant ;
• De la biologie des cancers aux innovations thérapeutiques ;
• L’après cancer.

Télécharger la notice de l'appel à projets
Accéder au site de soumission en ligne

Calendrier de l’appel à projets :

Retour des dossiers de candidature complets : 16 janvier 2017
Réunion du comité d’évaluation : Mai 2017
Date prévisionnelle de publication des résultats : Juillet 2017

Pancréasv3

L’adénocarcinome du pancréas est le 6ème cancer en termes d’incidence (3,9 % des cas) avec plus de 11 600 nouveaux cas en 2012, également répartis entre hommes et femmes. L’incidence de ce cancer est en nette hausse depuis 1980 avec une augmentation annuelle de 2,3 % chez les hommes et de 3,9 % chez les femmes, sans que les causes de cette augmentation soient connues.



L‘augmentation de l’incidence de ces cancers constitue un problème de santé publique inquiétant. En effet, les projections font estimer qu’il sera en 2040 la deuxième cause de mortalité par cancers, derrière le cancer du poumon.

Malgré des avancées dans la compréhension de la biologie et de l’histoire naturelle du cancer du pancréas pendant la dernière décennie, son diagnostic reste le plus souvent tardif et les avancées thérapeutiques ont été rares et modestes. En effet, les efforts de soins et de recherche dans ce domaine se heurtent à plusieurs obstacles : (i) la mauvaise connaissance des facteurs de risque, (ii) l’absence de biomarqueurs et de symptômes spécifiques, (iii) la localisation anatomique du pancréas qui fait que les symptômes n'apparaissent souvent que lorsque la tumeur est assez importante pour interférer avec les fonctions des organes avoisinants. Enfin, l’interaction dynamique de la tumeur avec les cellules du stroma, créant un tissu dense autour de la tumeur, contribue à la résistance de ce cancer aux agents anticancéreux.

La Fondation ARC se joint donc à l’INCa dans la mise en œuvre du PAIR 2018 consacré au cancer du pancréas. L’objectif de ce PAIR est d’accroître, à travers la conception et la réalisation des projets scientifiques, la fédération d’équipes de recherche françaises ayant un regard original sur les questions posées à l’interface de la biologie, de la clinique, de l’épidémiologie, des sciences humaines et sociales (sociologie, psychologie, droit…), de l’économie et de la santé publique. Cette interaction entre différentes disciplines doit permettre de mieux comprendre les cancers du pancréas afin de mieux les prendre en charge.

Les projets proposés devront associer au minimum 3 équipes, issues de disciplines différentes, et aborderont de manière transversale et intégrative les axes suivants :
• Epidémiologie et génétique du cancer du pancréas ;
• Biologie du cancer du pancréas ;
• Améliorer les techniques et les stratégies de diagnostic précoce et de typage des cancers, déterminer les marqueurs pour prédire et évaluer la réponse au traitement ;
• Accès au diagnostic et aux soins.

Calendrier de l’appel à projets :

La sélection des dossiers s’effectue en 2 étapes :
1) Soumission en ligne de la lettre d’intention avant le 29 mai 2017, minuit
2) Pour les projets sélectionnés sur lettre d’intention uniquement, dossiers complets à soumettre avant le 23 octobre 2017

Date prévisionnelle de publication des résultats : Avril 2018

→ Télécharger la notice de l'appel à projets
→ Télécharger le formulaire de lettre d’intention
→ Accéder au site de soumission en ligne

Le cancer du sein est le premier cancer de la femme en incidence et mortalité en France (48 763 nouveaux cas estimés en 2012 et 11886 décès, 1 femme sur 10 environ au cours de la vie en France). L’incidence semble stabilisée mais la mortalité baisse dans les pays occidentaux. Les données récentes de la survie nette par cancer du sein en France (une des meilleures au monde) sont 86 % à 5 ans, 76 % à 10 ans. La baisse de mortalité est liée en partie au dépistage précoce et en partie à des traitements plus efficaces. Le cancer du sein a un impact psycho-social fort et est un problème de santé publique compte tenu de sa prévalence très élevée.

Pour la sixième année consécutive, la Fondation ARC se joint donc à l’INCa dans la mise en œuvre du PAIR 2014 qui sera consacré aux formes précoces du cancer du sein. L’objectif de ce PAIR est de soutenir l’ensemble des dimensions et questions de recherche concernant les formes précoces du cancer du sein, et d’accélérer le transfert des connaissances et des innovations au bénéfice des patients. Cet appel d’offres concerne les projets ayant pour ambition de répondre à des questions issues de tous les champs disciplinaires qui seront abordées par une approche transversale et intégrée.

Les projets associeront au minimum trois équipes appartenant à des unités de recherche et/ou d’organismes différents (organismes publics de recherche, organisations à but non lucratif, établissements de santé). Les projets devront correspondre aux axes de recherche suivants :

  • Améliorer la connaissance de l’histoire naturelle de la maladie pour diminuer le sur-diagnostic et le sur-traitement (modélisation, biologie de la carcinogenèse, hôte, initiation tumorale, imagerie…).
  • Niveaux de risque et dépistage : approches multidisciplinaires.
  • Évaluation biologique, médicale, socio-psychologique et médico-économique de la désescalade thérapeutique raisonnée, coordonnée et encadrée dans les formes limitées de cancer du sein par une approche fédérative et multidisciplinaire.
  • Vivre après le traitement du cancer : aspects sociologiques, psychologiques, médicaux, économiques.
 ››› Liste des projets sélectionnés